Odes Profanes

Claude Michel Cluny

Tout déjà était en toi
même l’âpre saveur des paroles des morts
Avec sur ta bouche close
leur goût d’indicible sel.
Mais empare-toi de l’absence et ose
Va avance aveugle et seul
Toute flèche aime sa cible.
L’enfance le sait qui, libre
(habiter Nulle Part est le plus sûr)
déchire sans innocence
son invisible futur.

Claude Michel Cluny, Odes Profanes, Éditions de la Différence, 1989.

Poème
de l’instant

François de Cornière

Quelque chose de ce qui se passe

Je soulève une pierre
et c’est ma vie dessous.

François de Cornière, Quelque chose de ce qui se passe, Le Castor Astral, 2021.