États provisoires du poème - Revue annuelle Numéro 19

RUSSIE, L’immense et l’intime

États provisoires du poème - Revue annuelle Numéro 19

Auteurs :
Caroline Bérenger, Jean-Philippe Jaccard, Vénus Khoury-Ghata, Eugen Kluev, Marina Skalova, Marie-Thérèse Eychart, Elsa Triolet, Ivan Viripaev.

Nouveau voyage pour la revue des États provisoires du poème : la Russie. À travers des poèmes
inédits d’Eugen Kluev, Marina Skalova et Ivan Viripaev, un texte méconnu d’Elsa Triolet et des
études sur des poètes russes du XXème siècle : Marina Tsvetaeva, Ossip Mandelstam et Daniil
Harms, ce numéro 19 des États provisoires du poème offre aux lecteurs un visage singulier et
intime de l’immense pays.
Ce nouveau numéro des États provisoires du poème permet de se souvenir, ou de découvrir,
que la poésie venue de Russie rime souvent avec « exil ». Mais qu’elle peut aussi se faire refus,
révolte, acte politique dont l’écho résonne encore jusqu’à nous.

Distances, des verstes, le lointain…
On nous a scindés, décollés,
Crucifiés, étendus – les deux bras,
Sans voir que c’était un alliage.
Marina Tsvetaeva (traduction V. Lossky)

Paru le 10 décembre 2019

Éditeur : Cheyne

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997