Édition 2020
Du 7 au 23 mars 2020

Édition 2020
Le Courage

C’est un vers de Corneille. Un vieil alexandrin célèbre, à la toute fin du Cid, qui dit le cœur, l’espoir et le triomphe du temps quelque part à Séville :
Espère en ton courage, espère en ma promesse…
Et dans cet hémistiche toute la bravoure du monde roule à l’assaut des siècles, avec tant de constance. Tant de patience passée à la postérité, comme un secret légué, mantra plus efficient que les rudes lois du sang.
Et la vaillance d’outrepasser les règnes, les solitudes, les exils, les douleurs, les aurores et les disparitions. Nos horloges sonnent l’heure du courage, écrivait Anna Akhmatova à l’hiver 1942.

Du 9 au 25 mars 2019

Édition 2019
La Beauté

J’ai vu une enfance violentée rêver devant un amandier en fleurs.
J’ai vu un homme emprisonné retrouver souffle à la lecture d’un poème.
J’ai vu le ciel déverser des tonnes d’azur sur nos morts.
J’ai vu la neige brûler moins que les larmes.
J’ai vu le soleil consoler un coquelicot, et réciproquement.
J’ai vu un arc-en-ciel en cavale sous l’orage.
J’ai vu un ange noir chanter sous les étoiles.
Et je n’ai trouvé qu’un mot pour dire cela qui transcende le chaos, l’éphémère et la joie mêlés de nos vies : LA BEAUTÉ.

Édition 2019
Édition 2018
Du 3 au 19 mars 2018

Édition 2018
L'Ardeur

Il est des mots qui jamais ne renoncent.
Des mots toujours fervents. Rarement érodés.
Des mots droit devant, par-delà l’encoignure des siècles.
Des mots d’entrain, d’élan, de vie.
Des mots tocsins qui se jouent des tourments.
Des mots de plein cœur qui battent dans le sang.
Des mots de plein vent qui affolent les voiles.
Des mots qui enjoignent, qui affament et ravissent. Des mots jamais avares.
Des mots toujours brûlants. Des mots à la hauteur des temps.

Du 4 au 19 mars 2017

Édition 2017
Afrique(s)

Ce 19e Printemps des Poètes invite à explorer le continent largement et injustement méconnu de la poésie africaine francophone. Si les voix majeures de Senghor, U Tam’si ou Kateb Yacine par exemple, ont trouvé ici l’écho qu’elles méritent, tout ou presque reste à découvrir de l’intense production poétique africaine, notamment celle, subsaharienne, qui caractérisée par une oralité native, tributaire de la tradition des griots et nourrie par ailleurs des poésies d’Europe, offre des chemins neufs sur les terres du poème.

Parole libérée, rythmes imprévus, puissance des symboles et persistance du mythe : écoutons le chant multiple des Afriques, du Nord et du Sud.
Il va de soi que cette exploration ne peut ignorer les voix au-delà du continent africain, des Antilles à la Guyane, de Madagascar à Mayotte…
Ce 19e Printemps des Poètes sera l’occasion de mettre en avant notamment l’œuvre de Léopold Sédar Senghor et de Tchicaya U Tam’si.
Cette édition sera par ailleurs l’occasion d’un passage de témoin à la direction du Printemps des Poètes : je passerai en effet le relais, à l’été 2017, à Sophie Nauleau, dont je suis convaincu que le savoir, l’expérience des médias et l’enthousiasme feront merveille. C’est avec joie et con ance que je la verrai initier, avec une équipe dont je ne dirai jamais assez le talent et le dynamisme, une nouvelle étape de la grande aventure du Printemps des Poètes, qui est loin d’avoir épuisé tous ses possibles.

Jean-Pierre Siméon
Édition 2017

Actualités

12 avril 2019

Soirée de clôture

LAURENT TERZIEFF ET LES POÈTES, Au Théâtre de la Porte Saint-Martin Avec Benjamin Bellecour, Catherine Hiegel, Philippe Laudenbach, François Marthouret, Hugues Quester, Robin Renucci ou encore (...)

12 avril 2019

Spectacle d’ouverture

ARDEUR, LE GRAND SOIR AU THÉÂTRE NATIONAL POPULAIRE Avec les poètes Serge Pey & Édith Azam, Anne de Boissy & Isabelle Voizeux (langue des signes), Jean-Luc Debattice & Philippe Leygnac (...)

12 avril 2019

Qu’il vive - Poèmes de René Char

AU THÉÂTRE DU VIEUX-COLOMBIER Dits par Dominique Blanc de la Comédie-Française, avec Séverine Ballon au violoncelle. Choix des poèmes de Marie-Claude Char.
Devenir mécène